Ombres et Lumières

Dernière mise à jour : août 3

Voilà un thème qui intéresse l’Humanité depuis le Fond des Âges !


En effet, si l’alternance des jours et des nuits a toujours entretenu chez les humains une sourde inquiétude, avec son cortège de peurs diffuses associées à la brusque obscurité qui semblait tout engloutir jusqu’à l’arrivée du jour suivant, l’aube renaissante très souvent stoppait net - de façon rassurante - nos sombres terreurs ; jusqu’à ce que la journée cède à nouveau la place à la nuit.



Et parfois aussi les nuits ont pu être rassurantes, quand la lune claire se montrait, s’arrondissant comme le ventre d’une femme enceinte, et éclairant la terre de sa diaphane présence maternelle. Ou bien encore quand la Voute céleste très sombre, piquetée par notre Voie Lactée, s’emparait de tout l'espace nocturne, et remplaçait alors nos terreurs par une fascination hébétée remplie de tant de questions, auxquelles même notre hyper-science et nos religions d’aujourd’hui ne peuvent toujours pas apporter de calmants éclairages.


Ainsi, partout dans le monde, sur chaque continent et dans chaque pays et régions où ont vécu des humains et des prêtresses-chamanes, des récits subjectifs ont circulé pour nous rassurer, en tentant de donner un Sens à nos vies ; d’abord très longtemps par voie orale, puis quand ce fut possible par l’écriture.


Mais toutes ces histoires différentes, ces légendes et ces contes, ont partout parlé de nos terreurs obscures et enfantines, de notre besoin de Lumière rédemptrice, et du « combat entre les forces du mal et les forces du bien », prenant pour prétexte tant d’événements extérieurs pour, dans le fond, raconter l’éternel combat qui se joue au fond de chacun de nous, les humains, et depuis la Nuit des Temps : celui des choix que nous avons à faire chaque jour ! Pour survivre dignement, mais également pour apprendre à Vivre pleinement.


Du mythe de La Caverne de Platon, à toutes les légendes européennes du sud, du nord, de l’Afrique, de l’Asie ou de l’Australie, en passant par les Amériques ; depuis les légendes arthuriennes jusqu’à celles du christianisme et de toutes les religions convoquées, tous ces récits ont parlé de ce phénomène étrangement antagoniste entre la Lumière souvent « salvatrice », et son « époux maudit » l’Ombre !


Un des grands artistes qui m’a le plus marqué concernant ce « Combat de l’Ombre et de la Lumière » fut Rembrandt ! C’est lui qui m’a révélé ce qu’il pouvait se jouer de plus fascinant et dramatiquement humain à la fois, dans ses joutes claires-obscures du 17ème siècle à l’ouest-central de l’Europe ! Car il y avait tant de tendresses et d’humanités peureuses ou heureuses, dans ses Alliances picturales et gravées de ses terribles Sombres et de ses Lumières parfois trop aveuglantes ! Comme si l’artiste lui-même revendiquait l’apaisement de l’ombre et même de la mort, devant trop de vie à visée spirituelle si exigeante ; et si difficile pour nos incarnations pétries de forces mais aussi de faiblesses.


C’est un thème qu’a également très bien repris je trouve - sans le côté religieux qu’avait forcément Rembrandt - le peintre Zao Wou Ki dans ses peintures abstraites de la seconde moitié du 20ème siècle. Ses arrangements de matières colorées, à la limite des frontières également claires-obscures, témoignent d’un sens aigu des grandes questions universelles de la vie terrestre, et du lien avec les forces qui se trouvent à mi-chemin entre les mystères de la lumière éclairante et les inquiétantes ombres ténébreuses que nous possédons toutes et tous, de façons plus ou moins conscientes, dans le « libre arbitre » de nos vies.

Et pour vous, quel peintre ou artiste a su témoigner de ces liens de vie et de questionnements philosophiques et spirituels ?

Regardez donc un autre témoignage plastique ici ! 👉